1 + 4

Il y a plus de 10 ans que la profession propose et réclame une réforme initiale de sa formation devenu obsolète, un passage obligatoire pour l’émancipation et l’évolution scientifique de notre métier.

10 ans de propositions, de réunions, de cafouillages, de renvois entre deux ministères.

Deux  arbitrages ont été́ rendus par deux gouvernements différents, dont le dernier en janvier 2013. Ils ne correspondaient toujours pas aux revendications de la profession.

En 2014, la profession unie après avoir ensemble finalisée le dossier de la réingénierie proposé en octobre aux ministres de tutelle.

PARIS, le 5 NOVEMBRE 2014

Devant le silence ministériel, la fédération nationale des étudiants en kinésithérapie entraîne la profession dans une manifestation nationale le 5 novembre pour faire valoir notre projet.

Cette manifestation a réuni plus de 3000 étudiants et professionnels, unis pour défendre l’avenir de notre métier et une meilleure qualité́ de soin des patients.

PARIS, le 13 NOVEMBRE 2014

Enfin un arbitrage promis à l’issue de la manifestation.

•La formation en masso-kinésithérapie se déploiera sur 4 années de formation spécifique en institut de formation dès la rentrée de septembre 2015. Tout diplômé d’Etat bénéficiera à ce titre de 240 crédits ECTS.

•La volonté du gouvernement est d’’offrir aux candidats des chances équivalentes de devenir masseurs kinésithérapeutes quels que soient leur lieu d’habitation et leur ressources. L’objectif est de supprimer le concours d’entrée a partir de la rentrée 2016.

•Dans l’’attente des conclusions des travaux en cours sur les modalités les plus appropriées d’’entrée dans les études de santé (réforme de la PACES), une année précédant l’entrée en institut de formation est encouragée et prend des formes diversifiées : PACES, STAPS, 1ère année de licence de sciences, permettant d’assurer une diversité des recrutements et des profils.

•Dans le cas d’un projet de poursuite d’études, la première année validée peut donner lieu à la capitalisation des crédits ECTS qui en découlent.

 

MAIS :

 

• « …une année précédant l’entrée en IFMK est encouragée et prend des formes diversifiées : PACES, STAPS, 1ère année de licence de science, permettant d’assurer une diversité des recrutements et des profils ».

La profession ne peut pas se contenter d’une première année précédant l’entrée en IFMK  » encouragée »: elle exigera son caractère obligatoire.

• « …dans le cas d’un projet de poursuites d’études, la 1ère année validée peut donner lieu à capitalisation des crédits ECTS qui en découlent (60 ECTS) ».

La profession restera vigilante sur l’obtention d’une équivalence du DE de kiné à 300 ECTS (niveau master 2) notamment dans le cadre des équivalences de diplômes européens.

Source : FNEK.UNSMKL.FFMKR.

Manif1

MANIF2

Photos. Jean-François TESSIER